Workshop sur les verrières en métal

Dans le cadre de notre workshop du 10 février, nous avons eu le plaisir d’accueillir David et Valérie, métallier serrurier du réseau Hopfab, qui nous ont partagé leur savoir-faire. 
Leur vocation : produire des pièces uniques et sur-mesure !

Lors de ce workshop, David et Valérie et tous les architectes présents ont pu échanger sur les verrières en métal, le choix du métal et ses finitions et plus particulièrement sur les différences de prix.

L’utilisation du métal 

Le champ d’application est assez large. Le métal peut aussi bien être utilisé pour des habillages muraux que pour du mobilier, des pieds de table, des consoles, des bibliothèques et des verrières. 

Il est possible de combiner le métal avec d’autres matériaux comme le bois, le verre…

Les éléments déterminant le coût d’une verrière

La localisation de la verrière : 

En fonction de la localisation de la verrière, certaines caractéristiques entrent en jeu impactant le coût de cette dernière. Le coût diffère si c’est une verrière d’intérieur ou d’extérieur, si elle fait office de cloison dans une pièce à vivre ou dans une salle d’eau, ou si elle a une fonction décorative dans un salon d’été. 

La configuration de la verrière : 

Un autre élément qui détermine le prix de la verrière, c’est celui de sa configuration. 
En effet, si c’est une verrière fixe, semi-fixe, sur rail, avec porte (à la française, à galandage, en accordéon...), avec fenêtre (à la française, coulissante...), avec imposte... le prix sera différent. 
À noter que les ouvertures papillon sont les ouvrants les plus compliqués à réaliser selon : 
  • la finesse que l’on souhaite obtenir malgré le nombre d’ouvrants,
  • la demande de main-d’œuvre bien plus importante. 

La taille des parcloses et les systèmes de fixation du verre : 

Pour une verrière fine, il est important de prendre en compte la taille des parcloses.

La fixation du verre : 

Illustration d’une parclose standard avec une cornière représentant la partie fixe du cadre, une autre petite cornière qui vient pincer le carreau entre les deux. 

Pour maintenir le carreau, il est possible d’utiliser du mastic. L’atelier utilise du mastic effet vitrier qui dispose de tous les avantages d’un mastic à la pompe comme l’application et la finition d’un mastic à l’huile de lin. Il a l’avantage de ne pas bouger dans le temps. Mais il n’existe que 3 couleurs (blanc, noir et couleur pierre) et il ne se peint pas. 

Question : Existe-t-il une technique pour avoir une application régulière du mastic ? 

Il est très facile de revenir sur une application non régulière, comme on peut le voir le surplus de mastic se retire très facilement avec une lame. 

Mais il faut être conscient que c’est un travail artisanal qui n’est jamais parfait ! 

Les serrures :

Le dernier facteur de coût concerne les serrures. Lorsque la porte doit être fermée, il est possible d’utiliser des loqueteaux à bille. Le loqueteau permet d’avoir une réelle fermeture et des poignées très légères. Mais également de supprimer la serrure et par conséquent de supprimer les coûts de serrurerie et l’encoche sur le verre. À noter que les coûts de serrurerie représentent un coût important dans la fabrication d’une verrière. 

Le choix du verre : 

Le verre a un impact sur le budget global de la verrière. Selon le budget, vous pouvez opter pour des verrières patchwork, avec des verres à motif, avec des carreaux inégaux. Pour des budgets limités, privilégiez des verres normaux que texturés. 

Ce qui joue également sur le prix de la verrière, ce sont les courbes sur le verre qui doivent être découpés à la main. C’est un travail artistique ! 

Question : Comment réparer un carreau lorsque celui-ci se brise ? 

Lorsque l’on monte une verrière, les carreaux sont fixés avec un silicone vitrier transparent qui est facilement démontable. Lorsqu’un carreau se brise, il est alors très facile de le remplacer. Il suffit d’enlever la parclose et de retirer le silicone avec un cutter. 

Questions : Est-il possible que la verrière soit faite en verre sur toute sa hauteur ? Et si oui, quels sont les éléments techniques à prendre en compte ? 
Tout d’abord, selon les lieux dans laquelle la verrière est installée, il y des normes à respecter. 
Ensuite, il y a le coût du verre à prendre en compte. Une verrière en verre toute hauteur est plus coûteuse. 
De plus, pour une question de sécurité, il est obligatoire d’avoir une épaisseur suffisante de verre pour que celui-ci ne se brise pas. Il faut alors trouver un carreau suffisamment épais et solide pour rigidifier la porte. 
Le carreau sera collé à l’intérieur du profilé. Grâce à cette technique, il est possible de réduire un profilé de 32 millimètres de façades à un profilé de 25 millimètres. Pour des petits ouvrants, il est possible de le réduire un peu plus. 

La question des profilés : 

Pour faire baisser le coût de la verrière, il est préférable de partir sur des profilés standards (d’environ 25 millimètres). Mais en choisissant cette option, afin qu’elle soit résistante et sans danger, la verrière sera plus épaisse surtout sur les parties mobiles.

Pour une verrière fine, il faut privilégier des profilés sur-mesure. Mais des coûts de main-d’œuvre seront à prendre en compte.  

Les verrières en métal : Quel métal choisir ?  Quelles finitions choisir ?

  • La verrière en aluminium : 

L’aluminium est un matériau léger qui donne un univers moderne. En utilisant des joints et des profilés en aluminium à rupture de pont thermique, la verrière est parfaitement isolée thermiquement. Mais l’inconvénient avec l’aluminium, c’est qu’il est compliqué de le souder proprement. 

Utilisation des verrières en aluminium : corporate, bureau, devanture de magasin… 

  • La verrière en acier : 
L’acier donne un rendu plus artisanal à la verrière. La verrière est assemblée en soudure, puis peinte. 
On peut les retrouver dans les restaurants, les boutiques... 
  • La verrière en laiton : 

Le laiton est un matériau très demandé et très coûteux. En général, le coût des matériaux a doublé, le laiton a triplé en 18 mois. De plus, une verrière en laiton est plus coûteuse puisqu’il est nécessaire d’avoir des épaisseurs importantes. Si la verrière est dans une pièce humide, en contact avec de l’eau comme une salle de bain, il faut traiter le laiton. 

Il existe différentes finitions du laiton : poli, vernis, mat, brillant, effet martelé, etc. 

Le traitement du laiton : Il est important de l’entretenir de temps en temps. Un petit nettoyage à l’eau savonneuse suffit. 

Une alternative au laiton : l’acier thermolaqué sur lequel une platine effet marbre est appliquée. Le thermolaquage effet laiton permet d’avoir l’effet laiton sans les contraintes du laiton. 

Echantillons de finition en thermolaquage effet laiton. 

La problématique du laiton dans la salle de bain.
Question : Comment utiliser le laiton dans une salle de bain ?  

Il est possible d’opter pour une structure en acier et un recouvrement en laiton. Il faudra néanmoins que le laiton soit traité. 

Il est également possible d’opter pour une structure en acier avec un thermolaquage effet laiton. L’acier thermolaqué est plus résistant que l’acier avec un vernis thermolaqué.

Le thermolaquage permet de jouer sur les couleurs, les textures et les finitions. Pour que ça ne se détériore pas dans le temps, il est possible, avant le thermolaquage, d’utiliser la technique de la galvanisation. 

Brut de calamine : 
Le procédé de laminage offre une oxydation du métal : la calamine. 

Dans un milieu humide ou dans une cuisine professionnelle, le brut de calamine est déconseillé. Il existe des traitements contre la rouille mais qui, dans le temps, ne sont pas efficaces. Même en appliquant un vernis, le phénomène de rouille apparaît sous le vernis et le fait éclater.

L’environnement de la verrière

Il est nécessaire de bien penser son projet et de prendre en compte plusieurs éléments : 
  • Tout doit être au niveau (un niveau acceptable), 
  • Le travail de maçonnerie doit être bien réalisé,
  • Prévoir dans son rétroplanning : le moment de la pose de la verrière et le moment où l’artisan viendra pour la prise de cotes,
  • L’artisan doit effectuer la prise de cotes après l’enduit,
  • La pose de la verrière doit se faire avant les couches de finitions de peintures.

Cela permettra d’éviter tous problèmes lors de la pose. 

Le ticket d’entrée pour une verrière  

  • Pour une verrière fixe : il faut compter 500€ le mètre carré.
  • Pour une verrière avec 1 seul ouvrant : 1 500€ de plus le mètre carré. 
  • Pour une verrière avec double battant : 2 000€ de plus le mètre carré. 

Les prix varient selon le type de verrière, de métal, les finitions, etc. 

Les différences entre une verrière standard et une verrière sur-mesure :

On espère que vous aurez apprécié ce workshop sur les verrières en métal ! Pour être informé des prochains workshops, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.